Taïwan-Avril/Mai 2015

Départ de Paris, stop à Amsterdam où je retrouve mon cousin pour un petit verre avant ma correspondance pour Taipei. Le trajet est long, très long, trop long.
En sortant de l’avion la première chose qui me vient à la figure c’est cette chaleur humide que j’ai ressenti à l’île de la Réunion aussi. Ça monte à la gorge après la climatisation de l’avion.
Je passe la douane sans aucun problème et retrouve Debra (c’est son nom anglais car impossible de prononcer son nom chinois). C’est une étudiante diplômée de la TNUA (Taipei National Univesity of the Arts).

L’école a prévu une voiture pour m’emmener sur le campus. Debra m’apprend que les élèves sont en vacances et que ça va être dur de faire la reprise. Je lui demande combien de temps ils sont en vacances, elle me répond avec un petit sourire : « 4 jours, et ce sont de longues vacances… »
On discute sur le chemin et j’apprends aussi qu’ils bossent du matin tôt jusqu’au soir tard. Pas de vacances ou très peu de pauses dans l’année.

Le campus est magnifique et très grand, la voiture me dépose devant la Guest House et j’ai une grande chambre (j’apprendrai plus tard que les étudiants logent aussi dans le même style de chambre sauf qu’ils sont 4 dans la même superficie).

Debra me fait visiter les bâtiments de danse et les studios. Je mange mon premier repas au restaurant chinois en bas de la résidence: menu en chinois, je commande au hasard et je tombe sur des beignets de crevettes et par dessus une espèce de mayonnaise sucrée avec des petits vermicelles de sucre comme sur les gâteaux d’anniversaire et puis du poulet froid avec la peau (ici, ils mangent tout dans le poulet).

Debout à 4 heures du matin à cause du jet lag, c’est pas grave j’ai le temps de m’habituer.

 

Lendemain matin, la directrice m’invite au restaurant pour discuter un peu et me présenter mon assistante pour ma pièce, Wei. Mon premier cours juste après est annulé car la prof qui devait donner le cours s’est faite remplacer par un autre prof du coup, moi j’ai rien à faire 😉

Le soir je fais passer l’audition pour ma pièce. Le studio est immense, une quarantaine de danseurs sont présents et s’échauffent déjà étalés en grand écart par terre. Je donne le cours puis demande des impros. Tout le monde ne comprends pas bien l’anglais mais Wei est là pour tout traduire. J’en choisis 20, ce sera le cast pour la pièce que je dois créer en un mois.
En rentrant je croise une grenouille sur le trottoir car il y a un petit étang devant la cafétéria et je les entends hurler toute la nuit, parfois elles se promènent sur la route. Et d’ailleurs sur la route et partout sur le campus il y a des chiens qui se baladent tranquillement, nourris par les étudiants, choyés par tous.

Encore jet lag, debout à 4, 6 et 8 heures du matin. Je reçois un appel à 10 heures de l’école pour remplacer la prof malade, le cours est à 10 heures 30… Douche express, jus d’orange et hop à la barre.
Le campus est immense, il y a une piscine, des courts de tennis, un stade pour courir, des terrains de baskets…

Lendemain: deux cours dont une conférence le soir. Yunyu (la prof incroyable de Laban grâce à laquelle je suis ici) me propose de m’emmener dans les bains chauds sur la montagne et au restaurant traditionnel. Je dis oui évidemment, rendez-vous lundi soir.

Man première répète basée sur le début de la pièce a lieu et ça avance doucement. Les étudiants sont attentifs. Ici on me respecte énormément et tout le monde m’appelle  « Teacher ». Sur le campus tous les étudiants en danse que je croise me saluent et disent « hello teacher ». C’est un peu bizarre au début, après on s’y fait.

Dimanche: j’assiste à l’examen de fin d’année d’une fille en chorégraphie, à la fin Cheryl (une autre prof que j’ai rencontrée cet été à Angers lors d’un grand festival) me propose d’aller au musée. Aussitôt dit, aussitôt fait, on monte dans le shuttle qui conduit à fond les ballons jusqu’au métro de Taipei (le MRT) et c’est parti pour l’aventure.
La ville n’est pas organisée du tout en rues comme à Paris, mais dans le métro les gens font la queue et ne parlent pas. Interdit de manger, de boire, de mâcher des chewing-gums.

Je passe dans une pharmacie, le monsieur me remercie d’être rentré dans son magasin. C’est vraiment un drôle de pays. Tout le monde est penché sur son téléphone portable, dans le métro, jeunes comme plus âgés.
Le musée était marrant. Repas du soir avec Ann (une autre prof qui vient du Canada et qui enseigne la notation Laban en simplifié) au restau italien. Demain cours avec le niveau 7 (les grands).

Très bon cours avec les avancés. Cheryl, Ann, Teresa et Yunyu m’invitent au hotsprings, ce sont les sources d’eau chaudes dans la montagne. L’odeur de sulfure dans le nez arrive dès le bas de la montagne. Les filles d’un côté, les garçon de l’autre, je me retrouve donc tout seul, tout nu, dans une grande baignoire, entouré de messieurs inconnus, tous nus aussi. J’ai l’impression d’être un sachet de thé géant dans de l’eau chaude (42 degrés et le bassin d’à côté est à 44 degrés).
Le monsieur de l’entrée vient me dire l’heure car il a peur que je rate les autres pour partir, sans aucun complexe pendant que je suis sous la douche massante et tout nu. Le rituel veut qu’après on aille tous boire un délicieux jus de fruit dans un marché de nuit pas loin de l’école.

Ici, les étudiants nettoient les salles eux mêmes entre les cours: deux s’occupent des miroirs et 3 passent la serpillère. Tout le monde se déchaussent avant de rentrer dans le studio.
Un des étudiants m’emmène en scooter (il n’y a que ça pratiquement ici) manger des intestins de porcs, c’est bof bof.
Pendant la répèt de ma pièce j’ai demandé à quoi leur faisait penser le fait de dire « l’amour rend aveugle » et qu’est ce qu’on fait de fou quand on est amoureux? ». Une fille me répond:  » moi je mettrais du rouge à lèvre tous les jours et j’embrasserais mon amoureux pour lui dire qu’il est à moi ». Du coup c’est devenu le titre de la pièce: « Everyday you’re mine ».

Ce soir je suis allé voir un film superbe sur Legend Lin, c’est une chorégraphe très connue. Elle y dit que « la technique est faite pour être cachée et s’en débarrasser une fois sur scène ».

Après le cinéma, mes danseurs me traînent au night market de Shilin, découverte du stinky tofu (tofu puant). Une femme au gros seins avec un t-shirt hello kitty me fait rire car on dirait presque que le chat est en 3D.
Le marché est incroyable, on peut y manger tout et n’importe quoi, les odeurs différentes montent au nez tous les 3 mètres.
Taxi pour rentrer, payé par les étudiants et la nourriture aussi (eh oui parce que je suis prof, même si je ne voulait pas ils m’obligeaient), et en partant ils me disent « good night teacher ».

Cette semaine nous avons eu un énorme tremblement de terre que je n’ai pas senti car j’étais encore dans mon lit mais je me demandais pourquoi les arbres bougeaient autant dehors, puis arrive l’horreur au Népal…
Deuxième fois, hot springs sous la pluie, toujours tout nu. La connexion à la nature avec l’eau chaude en bas et la pluie en haut du corps sous les étoiles était magique. Puis un jus de pastèque délicieux.

Yunyu me fait découvrir des choses magnifiques dont les fameux massages thaïlandais de deux heures. Allongés sur le ventre, j’entends la petite dame escalader la table et m’enfoncer ses coudes dans mon dos. J’en pleure presque mais au bout d’un moment les muscles se détendent et c’est le bonheur. J’ai même eu la sensation que mon esprit s’échappait de mon corps car il savait qu’il était en sécurité et du coup je voyais mon corps du dessus, l’esprit étant libre il pouvait flâner et réfléchir à des questions au calme, Expérience surnaturelle.

Après chaque répétitions du samedi mes danseurs m’emmènent dans un restaurant pas loin où je découvre à chaque fois un nouveau mets, une nouvelle façon de manger ou  de cuisiner.

 

Aujourd’hui je suis allé voir la comédie musicale Notre-Dame de Paris car un ancien élève dansait dessus en tournée ici. Ça m’a fait plaisir de le revoir à l’autre bout du monde, de manger avec lui, le timing était parfait.
Retour à la TNUA et le conducteur du shuttle me dit toujours « happy day » au lieu de « have a nice day », c’est très marrant.

Mes cours se sont finis, mon dernier filage avec moi aussi. Maintenant c’est au tour de mon assistante de prendre le relais. Je reviens en Décembre-Janvier et début Février pour monter une autre pièce et donner des cours.

J’ai une semaine pour visiter des petits coins de Taipei: découverte d’un restaurant délicieux de Dumplings, visite de Bali (une île en façe de Tapei, accès avec un petit bateau), visite d’un fort de l’époque anglaise, Temple de Confucius, electronic market…

 

Ce soir ma lessive est finie. Demain départ pour l’Australie où je reste 10 jours pour enseigner à l’Université WAAPA (West Australian Academy for Performing Arts), puis 2 cours à Singapour et en une journée je ferais Perth-Singapour/Singapour-Taipei/Taipei-Amsterdam/Amsterdam-Paris…

A bientôt.

Une pensée sur “Taïwan-Avril/Mai 2015”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *